Donc le week end dernier, je me suis mis en tête de rénover pare-choc et optique en plastique du cam’.

En effet, les optiques sont, avec les UV et intempéries, devenues totalement opaques et avaient jaunis.

Le pare-choc lui a terni, avec des zones blanchâtres.

C’est pas le chantier prioritaire, mais c’est vite fait et ça donne tout de suite un meilleur aspect visuel au camion, donc à l’attaque.

Les optiques

Pour les optiques, on peut trouver sur internet des kit tout fait.

Quand on y regarde en détail, on se rend compte qu’il s’agit généralement de:

  • Un support à disque de ponçage pour perceuse.
  • Disques de ponçage de finesse croissante (de 800 à 3000, 4000, …)
  • Une peau de chamois adaptable au plateau.
  • Une pâte à polir.

Le tout pour une quarantaine d’euros …

Sachant que j’ai une ponçeuse, et que tout le reste se trouve au détail, j’ai composé mon kit avec des disques de 240 à 3000 (mieux vaut commencer sur du gros grain quand le phare est très très abimé) et un tube de pâte à polir.

Ensuite, c’est simple: on ponce, en commençant pas du gros grain (240) et en terminant sur du grain fin (3000).

Les règles à respecter pour un travail le plus propre possible:

  • Toujours avoir une pellicule d’eau sur l’optique, un ponçage à sec étant trop agressif.
  • Ne pas appuyer comme un âne: il faut laisser la machine travailler.
  • Essayer de poncer “à plat”: il ne faut pas utiliser le bord du disque pour insister sur une partie au risque de marquer le plastique.
  • Vous protéger: masque respiratoire et lunette de protection sont de rigueur (et vous pouvez pas dire que vous avez pas un masque chirurgical qui traine chez vous !).

L’idée est de dégager la couche de plastique qui a vieillit pour laisser apparaître le plastique sain, puis de poncer le plus finement possible pour avoir une belle surface lisse et sans aspérités.

Ensuite, on laisse nettoie, on rince et on laisse sécher pour finir par appliquer la pâte à polir avec la pot de chamois.

Exemple de résultat sur mon phare droit:

Le pare-choc

Pour le pare-choc, j’ai voulu essayer une méthode glanée sur le net, un poil bourrine mais qui m’a semblé pas trop idiote: faire fondre légèrement le plastique en surface pour lui redonner une teinte plus sombre et plus uniforme.

Pour ce faire, j’ai utilisé un bon vieux décapeur thermique. Encore une fois, quelques règles à respecter:

  • Ne pas mettre en contact direct le décapeur et le pare-choc sous peine de faire fondre et de laisser une belle marque.
  • Ne pas rester trop longtemps sur la même zone, garder le décapeur en mouvement.
  • Faire attention aux parties fines comme les grilles d’aération, elles peuvent se déformer. Si c’est le cas, ne pas laisser refroidir et forcer la pièce pendant quelques secondes à reprendre sa position naturelle avec un tournevis ou autre : le plastique en refroidissant va se figer dans cette position.

A l’usage, ça marche plutôt pas mal: on retrouve une teinte et un brillant proche de l’origine, et ça attenue les micro-rayures (mais les gros trous, et les tâches profondes restent, elles).

Je vous laisse juger:


Je pense reprendre encore l’optique gauche, pour laquelle je me suis moins appliqué que le droit, terminer le pare-choc et vernir le tout pour “figer” un peu l’aspect pour quelques années.

L’idéal aurait été le vernis anti-UV et anti-intempéries, mais au prix que ça coûte, je me suis dit que j’allais rester sur un vernis classique, quitte à devoir renouveler l’opération dans quelques années…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *